Bourse de Paris : On brûle les idoles

La séance boursière a encore été heurtée hier aux Etats-Unis, avec un nouveau grand écart entre le Dow Jones (+0,15%) et le Nasdaq 100 (-2,2%). L’indice technologique a perdu 29,8% en raison de la croissance de ses records de mai à novembre 2021. Le Dow Jones est actuellement en baisse de -11% en raison de la croissance des récents records (janvier 2022). -11% “seulement” si je peux dire. Je vous renvoie sur la chronique de la veille pour l’explication sur ce décalage de performances. J’en profite pour répondre à une question que je me pose récemment sur la différence entre le Nasdaq 100 et le Nasdaq Composite, qui sont tous utilisés par les médias. Le premier est le haut du panier du second, qui est beau plus gros puisqu’il compte plus de 2 000 entreprises. Je ne vous ferai pas l’offense de vous dire combien de valeurs compte le Nasdaq 100. Le Nasdaq Composite a perdu hier 2.35%, un peu plus que l’autre, il semble qu’il ait compris la fois des valeurs plus petites et/ou plus fragile. Après qu’ils soient pic de novembre, il en est à -30,5%. Les performances, ou les contre-performances en l’occurrence, sont donc très proches parce que ce sont les très grosses capitalisations communes aux deux indices qui font la pluie et le beau temps.

Hier le coup de tabac est venu des commentaires particulièrement pessimistes du management de Snap après l’annonce de résultats médiocres. La maison-mère de Snapchat a fait comprendre que des temps plus compliqués se profilent pour les revenus publicitaires des réseaux sociaux. Bilan des courses, -43% à la clôture pour le titre. Ça a l’air très excessif comme ça, mais ce pourcentage intègre également la correction de l’exubérance irrationnelle de certaines valorisations passées. Les investisseurs ne sont toujours pas convaincus de payer le juste prix alors que les trajectoires de croissance des pointaient vers l’infini. Depuis que les pentes sont moins marquées, c’est le sauve-qui-peut. Snap, qui est plutôt un nain en comparaison avec le mal des autres sociétés californiennes dont le maintiennent scotché(e)s à nos smartphones, a entraîné dans sa chute ses illustres rivaux. Alphabet (Google) perd 5%, Meta (Facebook) 7,6% et Amazon 3,2%. Les comparables plus petits comme Pinterest (-23%) sont aussi vrais à savoir. A cause des 200 millions de dollars de capitalisation qui se sont évaporés des réseaux sociaux, qui éclatent pour éradiquer un Novartis, pour une image parfaitement absurde.

En Europe, les indices ont été nettement corrigés en clôture, importés par la totalité de la cote. Enfin, pour l’ensemble, il semble que les valeurs bancaires ont eu la caserne, après que JPMorgan Chase ait publié ses prévisions en affectation à tout le monde que le secteur a bénéficié d’un environnement de taux en hausse, ce qui habille l’épargne . Le secteur de la santé a bien tenu aussi, car ses vertus défensives sont appréciées en ce moment. Du fait que le SMI Suisse est le seul indice européen à émerger à la hausse avec un gain de 0,15%, il prédit que Novartis ne sera pas éradiqué. L’indice des taux de la bourse zurichoise comprend 42% d’actifs financiers (Roche, Novartis, Lonza…), 18% de financiers (Zurich Insurance, UBS…) et 18% de consommation de base (Nestlé), d’où une résistance relativement bonne sur une séance du genre de la veille.

Il faudra suivre aujourd’hui aux Etats-Unis les chiffres des commandes de biens durables (14h30) et le contenu du procès-verbal de la dernière réunion de la Fed (20h00, donc hors séance européenne). Hier, les deux statistiques publiées là-bas ont été inférieures aux attentes : l’indice d’activité de la Fed de Richmond a déçu et les chiffres de l’immobilier neuf commencent à porter les stigmates de la hausse des taux. Le sentiment que dégage de tout ça est que l’économie américaine commence à être touchée par les désordres actuels mais aussi que la surchauffe commence à résorber. Les financiers ont traduit cela en appliquant un peu leurs anticipations de ce que seront les taux dans quelques mois, ce qui expliquera que le rendement des obligations d’État américain ait baissé. J’ai peur d’être un peu abscons mais pour simplifier c’est plutôt un signal positif pour le marché : en brut, la Fed pourrait ne pas avoir à être aussi agressive que prévue à terme.

Pour les autres événements de la journée, j’ai également remarqué l’assemblée générale annuelle de TotalEnergies. Celle de Shell à ce couple moins mouvementée d’activistes qui sont conviés à un débat pour forcer l’entreprise à accélérer sa transition énergétique. L’assemblée a été suspendue pendant deux heures. Le groupe français a pour sa part refusé d’inscription à l’ordre du jour une résolution portée par plusieurs actionnaires, dont des institutions, exigeant l’inscription du respect de l’accord de Paris dans la stratégie. Les débats pourraient être houleux. TotalEnergies qui a annoncé ce matin l’acquisition du 5e producteur américain d’énergies renouvelables, Clearway. Hasard? Je ne crois pas.

Les marchés actions vont s’ouvrir en hausse ce matin en Europe. Un rebond dit “technique” après la baisse de la veille. En Asie Pacifique, les gains de début de séance sont rabougris, mais la Chine continentale, Hong Kong et l’Australie sont toujours en hausse. Le CAC40 progresse de 0,8% à 6 303 points en tête.

Les temps forts économiques du jour

Aux Etats-Unis, ce sont les commandes de biens durables (14h30) et le procès-verbal de la dernière réunion de la Fed (20h00) qui ont suscité le plus d’intérêt. Tout l’agenda macro ici.

L’euro poursuite est à 1,0714 USD. L’once d’or gagne un peu de terrain à 1862 USD. Le pétrole a soustrait trois ans à ses niveaux récents avec un Brent de Mer du Nord à 114,82 USD, et un baril et un brut américain WTI à 111 USD. Le rendement de la femme américaine à 10 ans est fixé à 2,76 %, au plus bas. Le bitcoin s’échange autour de 30 100 USD.

Les principaux changements de recommandations

  • ACS, Construction et Services Activités : Goldman Sachs passe d’acheter à neutre.
  • Banco Santander : Jefferies soustrait de 4 à 4,30 EUR.
  • BBVA : Jefferies soustrait à la banque avec un objectif de cours réduit de 7,40 à 7,10 EUR.
  • Bankinter : Jefferies soustrait pour garder avec un objectif de cours relevé de 5,50 à 6 EUR.
  • CaixaBank : Jefferies reste à tenir avec un objectif de cours relevé de 3,50 à 3,65 EUR.
  • Compagnie Financière Richemont : Julius Bär soustrait de 155 à 115 CHF.
  • Credito Emiliano : Jefferies passe de sous-performance à conserver en visant 5,90 EUR.
  • CTS Eventim : Exane BNP Paribas l’a blâmé pour sa performance en visant 50 EUR.
  • EQT : Barclays demarre le suivi à surponder en visant 315 SEK.
  • Euroapi : Société Générale démarre le suivi à l’achat en visant 15,50 EUR.
  • Getlink : Goldman Sachs passe d’acheter à neutre en visant 19 EUR.
  • Hikma : JP Morgan est passé de surpondeur à neutre en visant 1900 GBp.
  • Homeserve : Jefferies reste à conserver avec un objectif de cours relevé de 830 à 1200 GBp.
  • HSBC : AlphaValue soustraite de 462 à 511 GBp.
  • Intesa Sanpaolo : Jefferies reste à tenir avec un objectif de cours réduit de 2,35 à 2,25 EUR.
  • Legrand : Jefferies soustrait de 104 à 92 EUR.
  • Munich Re : Jefferies est resté à l’achat avec un objectif de cours relevé de 300 à 305 EUR.
  • Partners Group : Barclays demarre le suivi à pondération en ligne en visant 1040 CHF.
  • Philips : JP Morgan passe de neutre à souspondérer en visant 21.30 EUR.
  • Unicredit : Jefferies soustrait de 15 à 16 EUR.

en France

Annonces importantes (et moins importantes)

  • TotalEnergies a allumé 50% de Clearway, lui donnant 5et Acteur des renouvelables aux États-Unis. L’opération est basée sur du cash et des titres SunPower, sur la base de 35,10 USD par action de Clearway Energy (filiale de Cleanway) et 18 USD par action de SunPower.
  • Stellantis et Samsung SDI ont confirmé la construction d’une usine de batteries en joint-venture dans l’Indiana pour un montant de 2,5 millions de dollars.
  • Saint-Gobain va acquérir les sociétés de matériaux de construction Fibroplac et Falper, basées au Portugal.
  • S&P place Electricité de France en France sous surveillance négative en raison des problèmes nucléaires et de la hausse de la dette.
  • Sodexo a finalement reconnu faire partie d’un investisseur externe dans sa filiale Avantages & Rewards, qui reste une clé active dans les années à au sein du périmètre.
  • Des ONG accusent KLM (Air France-KLM) de “greenwashing” et menacent de saisir la justice.
  • Klépierre a confirmé Jean-Marc Jestin comme président.
  • Technip Energies et Samsung Engineering ont annoncé un contrat d’ingénierie de Texas LNG avec les États-Unis et créent une coentreprise.
  • Valneva avec succès un essai évaluant son candidat vaccin contre le chikungunya.
  • La Compagnie Plastic Omnium place un Schuldschein de 400 M€.
  • Neoen annonce 80 MWc de projets solaires en Irlande.
  • Bonduelle a négocié la cession de 65 % de sa division Amériques Longue Vie à la FTQ et à la CDPQ sur la base d’une valeur entrepreneuriale de 625 M€.
  • Séché va racheter à Veolia certaines activités de traitement des eaux industrielles en France.
  • Prodways livrera six imprimantes 3D additionnelles et les matières associées à un client industriel majeur.
  • Hydrogène de France et Pestech collaborent à la production d’hydrogène vert à partir de centrales hydroélectriques au Cambodge et en Malaisie.
  • Archos a obtenu un renoncement sur le contrat de financement dilutif signé avec Yorkville.
  • Compagnie des Alpes, Manutan, Qwamplify, LDC, Osmozis et Entech ont publié leurs comptes.

dans le monde

Annonces importantes (et moins importantes)

Conférences

Leave a Comment