Paris investit dans un fonds pour aider les entreprises

Ce sont des initiales connues, mais qui n’évoquent pas nécessairement quelque chose de concret dans l’esprit des gens : ESS pour économie sociale et solidaire. Selon la définition officielle du ministère de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, le concept désigne les associations, coopératives, fondations et autres mutuelles “fondés sur un principe de solidarité et d’utilité sociale”.

Europe de l’ESS, devoir de vigilance et reporting extra-financier des entreprises : les batailles d’Olivia Grégoire

Des besoins en fonds propres

Au lendemain de la disparition de l’ESS dans les intitulés ministériels du gouvernement Borne I – l’ex-ministre chargé de la thématique Olivia Grégoire est désormais porte-parole du gouvernement -, la ville de Paris et le Crédit coopératif s’apprêtent à verser un nouveau fonds de l’association Paris Initiative Entreprise. Cette dernière est financée par le capital de fonds spécialisés, type Initiative France ou France Active, de fonds européens et de fonds privés.

“In debut d’activité, l’économie sociale et solidaire et les acteurs à impact ont besein de capitaux, plus les fonds d’investissement sont disposés sur des mounts assez eleves avec des tickets de 100 a 200,000 euros”, expliquer à La Tribune, le maire-adjoint (EELV) de Paris chargé de l’ESS, de l’économie circulaire et de la contribution à la stratégie zéro déchet.

“Sauf que sur la phase d’amorçage, ces derniers ont besoin de fonds propres ou de quasi-fonds propres”, ajoute Florentin Letissier.

Offrez des billets à moins de 100 000 euros

Le fonds public-privé « Paris Fonds ESS » sera doté en fin d’année de 500 000 euros du Crédit Coopératif et de 890 000 euros de la Ville. “On pourra mettre davantage”, confie l’adjoint d’Anne Hidalgo. En discussion avec d’autres banquiers et bailleurs de fonds, Paris Initiative Entreprises prévoit de lancer un premier tour de table de 5 millions d’euros dès fin 2022 pour déclencher, début 2023, des premiers financements de plus de 100 000 euros dans la capitale et/ou à l’échelle de la métropole du Grand Paris.

Enfin, le fonds “Paris Fonds ESS” devrait lever 10 millions d’euros afin d’investir dans une quarantaine d’entreprises, de créer 400 salariés et de générer 200 millions d’euros auprès des enfants d’affaires. Par exemple, dans la création de tissus textiles à partir de premières matières récupérées, dans le reconditionnement de matériel électronique ou informatique ou encore en core dans la rénovation-isolement de bâtiments avec des techniques géosources, c’est-à-dire dont l’origine géographique est connu.

“C’est un fonds local pour relocaliser la finance”, a déclaré Florentin Letissier.
“La Ville n’aura pas de pouvoir de décision, mais siégera au comité de surveillance de la Paris Initiative Entreprise (PIE)”, enchaîne le maire-adjoint (EELV) de Paris chargé de l’ESS, de l’économie circulaire et de la contribution à la stratégie zéro déchet.

Le conseil régional annonce sa nouvelle stratégie en septembre

D’eux sont côté, la région Île-de-France qui doit être vue comme une subvention directe aux PIE, mais qui les finance indirectement passant par les réseaux France Active et Initiative France, ne mettront pas au pot de ce fonds, mais continueront de travailler sur ce sujet. Après avoir adopté le 19 mai en séance plénière, son schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII), le conseil régional annoncera, en septembre prochain, sa nouvelle stratégie de développement économique de l’ESS avec un volet sur l’innovation sociale. point ce sud, “une étude approfondie est en cours”, confiance, à Le Tribun, Sylvie Mariaud, vice-présidente (UDI) chargée de l’Économie sociale et solidaire et des Achats responsable