Paris : un pass pour le stationnement payant des deux-roues motorisées sera bientôt créé

A Paris, le stationnement des deux-roues motorisés sera bientôt payant. Un laissez-passer est créé par la Mairie pour accéder aux parcs de stationnement.

Initialement antérieure au 1er janvier 2022 et finalement déclarée le 1er septembre 2022, la borne payante des deux-roues motorisées est à louer. Un pass donnant accès aux différents parcs de stationnement doit être créé au prochain Conseil de Paris, qui s’ouvre ce mardi 31 mai.

“Afin d’accommoder la fin du stationnement gratuit des voies motorisées (2RM) en surface et la location de 2RM plus un stationnement attractif au soleil, je compte créer un “Pass 2RM””, explique la municipalité parisienne, Qui se que ce passe permettra aux usagers de bénéficier « d’une offre de stationnement incitative, attrayante et dynamique ».

Un abonnement mensuel, trimestriel ou annuel

Concrètement, s’il y a un « abonnement » j’ai contracté directement auprès d’un parc de gare privé « au choix du conducteur » et qui donne ainsi droit – comme en surface – « à un stationnement horaire à tarif réduit ». A noter que le « Pass 2RM » sera contracté directement par les parcs concernés, ne connaissant pas la liste journalière.

Côté prix, ils seront alignés sur ceux qui pratiquent en surface. La tarification sera définie selon les deux zones, “à l’identique des zones de stationnement de surface”, avec un abonnement de 90 euros par mois (à 256 euros par trimestre ou à 990 euros par an) depuis Paris Centre au 11e arrondissement, et Un abonnement de 70 euros par mois (199 euros par trimestre ou 770 euros par an) du 12e au 20e arrondissement.

Selon la municipalité, “un peu plus de 90 places de stationnement pour intégrer le dispositif” avec l’ambition “d’ajouter à la liste des équipements aptes à recevoir de deux voies motorisées nous permettent également d’utiliser l’utilité d’une station à tarif privilégié en sous-sol dans tout Paris ».

Et pour ceux qui préfèrent garer leur véhicule en surface : deux cas de figure a été présenté par les propriétaires de ces deux-roues. S’ils sont résidents parisiens, ils peuvent soit s’acquitter d’une carte annuelle de 22,5 euros, soit payer 75 centimes d’euros de l’heure. Et s’ils ne sont pas Parisiens, ils paieront 3 euros en zone 1 ou 2 euros en zone 2.

Les professionnels quant à eux pourraient soit s’acquitter d’un taux horaire de 50 centimes d’euros valable dans tout Paris, soit prendre une carte pro mobile annuelle de 240 euros. Pour les enfants, les scooters électriques – personnels ou free-floating comme Cityscoot – continuent de bénéficier d’un parking gratuit.

Des élus toujours mitigés

“Je salue ce dispositif assez nouveau mis en place en lien avec les concessionnaires de parkings souterrains, pour faire en sorte d’ouvrir les parkings aux deux-roues”, s’exprime également Maud Gatel, la présidente du groupe MoDem, Démocrates et Ecologistes au Conseil de Paris, ce mercredi, que regrettent néanmoins que les tarifs pratiqués sur les deux-roues soient « moitié moins chers » que ceux pratiqués sur les autres véhicules.

De son côté, Nicolas Jeanneté, élu dans le 15e et membre du groupe Changer Paris, dénonce des prix prohibitifs. « Les motards sont en colère. Avec la négociation entre la Ville de Paris et les opérateurs en sous-sol, nous sommes très inquiets pour la vie économique de la ville”, at-il avancé, assurant qu’il s’agit d'”une taxe pour remplir les caisses de la ville.”

Plus largement, il a nommé le « prix de stationnement en train d’exploser » pour les voitures et prochainement pour les deux-roues. «Aujourd’hui, le prix du stationnement est plus cher que le prix de la place de théâtre ou de cinéma. Je suis très inquiet », at-il asséné ce mercredi, en marge de la conférence du pré-conseil de Paris.

Leave a Comment