L’Europe finie dans le vert, l’inflation et la consommation rassurante aux Etats-Unis – 27/05/2022 à 18:21

LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN HAUSSE

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes une fois que je me suis retrouvé dans les ventes de maisons et que Wall Street a évolué encore plus que je ne le pensais, les marches des actions sont notamment déconnectées des nouveaux indicateurs économiques des Etats-Unis qui ont vu un ralentissement de l’économie. l’inflation tandis que les dépenses de consommation restent vigoureuses.

A Paris, le CAC 40 a terminé sur un gain de 1,64% à 6.515,75 points. Le Footsie britannique pris 0,27% et le Dax allemand 1,62%.

L’indice EuroStoxx 50 progresse de 1,83%, le FTSEurofirst 300 de 1,45% et le Stoxx 600 de 1,42%.

Sur l’ensemble de la semaine, l’indice parisien agagné 3.66% et le Stoxx 600 2.98%, mettant fin à une série de huit semaines de réponses hebdomadaires à la faveur de statistiques que rassuré les investisseurs depuis la publication mercredi du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Une statistique distincte, publiée par le département américain du Commerce, montre que l’indice des prix “core PCE”, mesure de l’inflation privilégiée par la Fed, a ralenti en avril à 0,3% et 4,9% en rythme mensuel et annuel, respectivement, avec une gain de 0,3% et 5,2% en mars.

Parallèlement, les dépenses de consommation, qui représentent plus deux tiers de l’activité économique aux États-Unis, ont continué de progresser, de 0,9 % le mois dernier, après un bond de 1,4 % (révisé de 1, 1 %) le précédent mois.

Ces données alimentent la perspective d’une réduction monétaire moins brutale que j’avais initialement anticipée.

Dans la zone euro, la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, s’est aussi prononcée en faveur d’un rapport sur les progrès de la coopérative de crédit dont les rapports sur l’inflation allemande ont été publiés lundi.

Signe du regain d’optimisme sur les marches, l’indice qui mesurait la volatilité s’est replié pendant trois années consécutives, à 25,9 points, aux Etats-Unis, et en Europe, qui a terminé sur des replis de 7% à 23,8 points.

LES VALEURS EN EUROPE

Sur le Stoxx 600 paneuropéen, la tendance positive concerne essentiellement le secteur de la consommation cyclique (+2,7%), les hautes technologies (+2,2%) et l’industrie (+1,8%), tandis que le compartiment des services aux collectivités (-0,8 %) et de l’énergie -(0,2 %) ont accusé les deux plus fortes baisses.

Les valeurs du luxe comme Kering (+4,5%), LVMH (+3,8%), Hermès (+4,4%) ou encore Richemont (+9,5%) ont été particulièrement recherchées.

Compte tenu de la situation actuelle des entreprises, Maisons du Monde progresse de 26,9% en raison d’un abaissement par le groupe de ses prévisions annuelles sur le bas des maisons des charges.

JCDecaux (-0,7%) et Unibail-Rodamco-Westfield (-2,7%) ont été pénalisés pour le rejet des recommandations, respectivement, par JP Morgan et Goldman Sachs.

À WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones avançait de 0,98%, le Standard & Poor’s 500 de 1,64% et le Nasdaq de 2,4%.

Tous les principaux secteurs du S&P évoluent dans le vert, le compartiment des nouvelles technologies (+2,6%) et la cellule consommation (+2,2%) affichent leurs meilleures performances.

Dell dépense 11% à la faveur de prévisions trimestrielles à son attention, alors que le distributeur de cosmétiques Ulta Beauty bondit de 9,1%, sur la base des solides résultats du premier trimestre.

Côté baisse, les chaînes de prêt-à-porter GAP et American Eagle Outfitters progressent de 5% en réaction à une baisse des prévisions annuelles.

CHANGEMENTS

L’indice mesure les fluctuations du dollar par rapport à un panel de devises de référence est quasiment inchangé (+0,04%) et la s’achemine vers sa plus forte baisse hebdomadaire (-1,3% à ce stade) à près de quatre mois en raison de la révision à la baisse par des anticipations de hausse des taux aux États-Unis.

L’euro, en retour de 0,12% à 1,0710 dollar, est remonté à tout juste 1,0765, ils sont supérieurs au niveau d’après le 25 avril.

TAUX

Les reculent obligés de nouveau dans la perspective d’un apaisement des craintes sur une remontée rapide de taux d’intérêt.

Celui du Bund allemand à dix ans a cédé environ trois points de base à 0,961 %, plusieurs responsables de la Banque centrale européenne ayant exclus récemment une hausse d’un demi-point des taux de l’institution en juillet.

Le rendement des bons du Trésor américain de même échéance abandonne deux points à 2,7378 % après avoir temporairement à la suite de la publication de la statistique sur les revenus et dépenses des ménages aux États-Unis.

PÉTROLE

Les cours du pétrole varient peu vendredi mais devraient s’afficher sur l’ensemble de la semaine un gain lié aux craintes d’un resserrement de l’offre, à la perspective d’une augmentation de la demande à l’approche de la saison estivale et d’un éventuel embargo européen sur les hydrocarbures russes. [nL5N2XJ2W2

Le Brent avance de 0,38% à 117,85 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) grignote 0,06% à 114,11 dollars.

A SUIVRE LUNDI:

Les marchés resteront fermés lundi aux Etats-Unis en raison du Memorial Day, tandis qu’en Europe sera publiée à 12h00 GMT la première estimation de l’inflation allemande pour le mois mai.

(Rédigé par Claude Chendjou, édité par Sophie Louet)

.

Leave a Comment