cette arnaque au paiement sans contacter a choqué les internautes

Le hacker a participé à “Arnaques” pour faire une démonstration de piratage déconcertante en facilitant la grâce au sans contact. (Capture d’écran M6)

Le 28 mai, M6 diffusait le deuxième numéro d'”Arnaques”, un magazine consacré aux arnaques les plus redoutables, présenté par Julien Courbet. L’ancien animateur de “Capital” est entouré de nombreux professionnels composés d’avocats, de spécialistes du crime informatique, de conseillers financiers ou de membres de la police judiciaire pour partager de précieux conseillers et téléspectateurs. Le premier rapport est consacré aux escrocs qui n’auront pas de compte en banque, notamment grace au sans contact. Le rabbin des Bois, un hacker, a expliqué une technique simple pour pirater une carte de crédit. Cette technique, d’une facilité déconcertante, a choqué les internautes.

Vous avez une voiture ? Un journal? Un compte en banque ? Ce samedi soir, Julien Courbet et les journalistes de “Arnaques” s’intéressent précisément à ces trois thématiques dans un numéro numéro du programme diffusé sur M6. L’enquête démarre à Saint-Quay-Portrieux, en Bretagne. On découvre Jean-Pierre et son épouse faisant à la boulangerie. A l’heure du règlement, le couple de retraites refuse d’utiliser le paiement sans contact. Il lui est en effet arrivé une histoire qui, chaque année, touche des milliers de victimes. Depuis quelques semaines, Jean-Pierre est le pirate de sa carte bleue : 284 euros sur ce site à Dakar, au Sénégal. Le relevé bancaire du retraité lui alors indiquait qu’il était victime d’une arnaque au sans contact. “Ils ont une longueur d’avance sur nous, les pirates !” Jean-Pierre est dévasté.

“Je vais faire la sue à ma banque !”

Pour expliquer le commentaire, l’argent de Jean-Pierre est de retour au Sénégal, l’équipe qui a lancé l’appel au Rabbin des Bois, un hacker. En réalité, la manœuvre est d’une facilité déconcertante. À l’aide d’un petit boitier, le pirate peut, thanks au sans contact, récupérer les informations d’une carte de crédit (comme le nom, le nom ou le numéro de la carte bleue), le tout avec une portée de 10 à 15cm. Le hackeur a même fait une démonstration sur site, au testament sont dispositif sur des membres de l’équipe de l’émission. En scannant toutes les cartes bleues lui passant sous la main, un hackeur peut, à chaque passage, compter entre 20 et 50 euros sur les cartes en question… et ce n’est pas tout ! De retour sur son ordinateur, avec son boitier, le hacker peut accéder à un historique plus complet et plus détaillé quanta aux cartes qui ont été scannées : nom des transactions, date d’expiration, identifiant du pays… avec toutes ces coordonnées, le pirate pourrait acheter tout ce qu’il souhaite sur internet. Heureusement, les experts de la gendarmerie ont rapidement expliqué qu’il existe un moyen simple de se défendre contre le genre d’armure : un acte anti-fraude. Ce porte-cartes bloque littéralement le signal de la carte. Une fois la puce de sa carte bancaire à l’intérieur de cet étui, impossible donc de récupérer les informations.

Le communiqué a révélé une information importante : la banque n’accepte pas de crédit pour son client. Au moment de partenaire cette information plus qu’utile, Julien Courbet a ajouté : “Je suis désolé mes amis banquiers mais vous allez avoir quelques demain !”

Au bout d’un an, les montants sur la carte bancaire ont augmenté de 86 %. En France, ils représentent quelque 136 millions d’euros. Visiblement, de noms en twitts, choqués par cette arnaque, vont prendre contact avec leur banque !

Leave a Comment