Vente immobilière : la facture des documents obligatoires est due à partir de septembre

(Crédits : © Mediaparts – stock.adobe.com)

Diagnostic amiante, métrage Carrez, DPE… de nombreux documents sont obligatoires pour vendre un bien immobilier. Une liste qui va encore s’allonger en septembre avec l’arrivée de l’audit énergétique.

Pour MoneyVox,

Avant de vous décider à vendre une maison ou un appartement, vous devrez débourser plusieurs centimes d’euros pour obtenir un certain nombre de documents obligatoires. Plusieurs diagnostics aussi que le DPE, le Diagnostic de Performance Energétique, doivent aussi remis à l’acheteur. Une formalité qui représente un groupe mondial de plus de centaines d’euros… et cela ne va pas aller en s’arrangeant : certains logements vont aussi devoir montrer patte blanche avec un autre document, l’audit énergétique.

Quels sont les documents nécessaires pour une vente immobilière ?

L’une des décisions de mettre est logement en vente prise, il est nécessaire de s’acquitter de plusieurs formalités, à commencer par la réalisation d’un certain nom d’études obligatoires. Actuellement, deux grandes catégories de documents sont à la disposition d’un acquéreur : le DPE, Diagnostic de performance énergétique, et des diagnostics couvrant une grande variété de domaines : diagnostic amiable, recherche termites, diagnostic plomb, Carrez métrage, diagnostic électricité, diagnostic regard, état des risques pollution. Autant d’éléments à faire analyser par un professionnel référencé dans le moteur de recherche dédié du ministère de la Cohésion des territoires.

Qui dit expertise indépendante, dit coût. De plus, la réalisation de l’ensemble de ces études générées des frais qui sont à la charge du propriétaire dans le cadre de la vente d’un logement ancien, ou du maître d’œuvre pour un bien immobilier neuf. Au total, cela peut représenter plusieurs centaines d’euros. Rien que pour le DPE, il faut compter entre 100 et 250 euros selon les chiffres de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Sur le site Allodiagnostic.com, le prix affiché pour une étude amicale, combien elle coûte, se situe entre 100 et 150 euros, quand les autres types de diagnostics démarrent à 53,55 euros.

L’audit énergétique pourrait être facturé à peine 1 000 euros

A partir du 1er septembre 2022, une nouvelle obligation sera imposée aux propriétaires des logements de la catégorie “passoires thermiques”, c’est-à-dire que les biens immobiliers ne donneront pas le DPE réapparua en F, G ou au-delà. Pour pouvoir vendre leur maison ou leur appartement, ils devront alors faire réaliser un audit énergétique… pour un montant à prévoir achète entre 800 et 1 000 euros selon Audrey Zermati, directrice stratégique d’Effy. Laetitia Caron, directrice générale de pap.fr, reposait plus optimiste avec un montant moyen de 550 euros, qu’elle espère voir verser 400 euros au cours des prochains mois. A noter que l’audit énergétique tient au fait qu’il est en partie facturé par l’intermédiaire de l’agence MaPrimeRenov, sous réserve de respecter les conditions d’éligibilité et pour un montant maximum de 500 euros.

S’inscrivant dans une politique de rénovation des logements à consommation excessive d’énergie, ce nouveau diagnostic devra faire un état des lieux précis de défaillances du logement. De plus, le diagnostiqueur devra proposer des solutions permettant d’améliorer la classification du bien, à l’appui pour la réalisation des travaux. Par exemple, l’objectif peut être de faire passer un logement en classe F ou G à une classe B ou C. Un pari ambitieux, pour lequel il faudra mettre une nouvelle fois la main à la poche. En effet, le prix d’un renouvellement énergétique de ce type est estimé entre 400 et 600 euros par carré selon le site pap.fr. Pour une maison de 100 m², il faudra donc compter entre 40 000 et 60 000 euros de budget travaux pour atteindre une catégorie B ou C sur le DPE.

.

Leave a Comment