Top 10 des groupes de musique qui ne sont pas aimés en ligne

Monter un groupe de musique, c’est la belle aventure : on se réunit avec des potes, on se donne des rôles, on trouve un nom de groupe, on répète, on reprond, on compose, on répète encore et puis on joue devant des gens. Le rêve, quoi. Et puis de temps en temps, ça tourne au cauchemar : on se prend la tête, on ne se comprend pas, on se bat pour être leader, on critique le taf des autres, et, éventuellement, on se cover la meuf du bassiste. Bref, avoir un groupe de musique, c’est une des meilleures choses qui peuvent exister, sauf quand ça devient la pire chose qui peut exister. Et ça arrive souvent. Même dans les groupes les plus légendaires. Même dans ceux qui le cachaient bien.

1.Une Direction

Mauvaise nouvelle pour les Directioners : les One D ne peuvent pas se sacr. Si l’on en croit les propos de Liam Payne, ancien membre du groupe, lui et ses anciens potes étaient souvent prêts à en venir aux mains en coulisse tellement leur rivalité avait gonflé (sûrement à la même vitesse que leurs melons respectifs). Apparemment, c’était surtout entre Zayn et Liam que ça chauffait le plus, mais de toute façon aujourd’hui les gens s’en foutent puisque tout le monde n’a plus d’yeux que pour ce bon Harry Styles, au top de le battage médiatique

2.Oasis

Pour le coup, les frères Gallagher ont eu beaucoup de mal à cacher leur rivalité. On ne va pas rentrer dans les détails (pour ça, vous pouvez aller voir les tops des pires frères de l’Histoire ou des insultes des Gallagher), mais ce qu’il faut retenir, c’est qu’ils ne pourraient pas se piffrer et espérer tous les deux être le leader d’Oasis. C’est parti en grosse bagarre plusieurs fois, notamment à Rock en Seine en 2009, le jour où ils ont décidé de se séparer définitivement, aussi bien musicalement qu’humainement. Il semble que vous ouais, a priori, les gars ne passeront plus jamais Noël (Gallagher mdr) ensemble.

3. Guns N’ Roses

Il y a un petit indice pour savoir si ça tourne mal dans un groupe : le turnover des zikos. Et chez les Guns, ça a beauuucoup tourné. Si Axl Rose a toujours été là (normal, la taille du groupe est nom), plus de 20 musiciens se sont succédé en une trentaine d’années. Ça fait beaucoup. La faute au comportement de diva d’Axl Rose et al aussi aux problèmes de dope de quelques autres membres. La plus grande rivalité au sein du groupe aura été celle qui existait entre Axl et Slash, le légendaire guitariste qui a pris la porte en 1996. Axl l’avait même traité de « cancer » dans une interview, ce que ne pourtant pas empêché de se rabibocher 20 ans plus tard avant de réprimande les tournées ensemble. C’est beau quand ça finit bien.

4. La police

Sous leurs apparences d’enfants sages de la musique, les membres de The Police sont pourtant embrouillés dès les débuts. Pour être plus précis, c’est Sting et Stewart Copeland qui se bouffaient la gueule sous l’œil un peu passif du troisième membre Andy Summers. Le leadeur/compositeur/auteur ne s’entend pas avec le batteur virtuose il semble que Copeland avait osé vouloir écrire des chansons lui aussi. Sting n’a jamais hésité à dire que, bien qu’il réfute l’écriture de Stewart, il semble que ses textes soient nuls, et Copeland a révélé qu’il imaginait le frapper sur la femme de Sting lorsqu’il frappait sur ses battements de tambour. Bonne ambiance. Du coup, le groupe s’est séparé – sans jamais vraiment l’annoncer – autour de 1984, avant d’être relancé pour une tournée en 2007. Est-ce que l’ambiance était meilleure ? Pas du tout. Les gars ont continué de la tête en coulisses, et Copeland a affirmé que The Police ne s’est jamais reformé. Au moins comme ça, c’est clair.

5.Le choc

Que se passe-t-il quand, dans un groupe punk, le vieux guitariste fait du hip-hop et le vieux bassiste joue du reggae ? Ben ça clash (désolé, il fallait la faire). Alors que le groupe avait déjà beaucoup de mal à assumer sa popularité que venait d’exploser, les divergences sur l’avenir musical du groupe ont foutu la merde. Si vous êtes rejoint par la présence de Bernie Rhodes, le manager, qui vous contrôlera, arrivera à un bien-pourri de mauvaises ondes cocktail qui ne scindera pas le groupe 10 ans à peine après sa création. C’est tristoune, mais c’est ça aussi le punk.

6. Les Rolling Stones

Au sein des Stones, deux éléments ont toujours eu une relation compliquée : Mick Jagger et Keith Richards. Les deux ont souvent oscillé entre meilleurs potes et pires ennemis, même si sur rien scène ne transparaissait. Jusqu’au jour Keith Richards a franchi une limite en 2010 en racontant, dans un bouquin, que Jagger avait une petite bouchée et ne présentait aucun plaisir à son ex Marianne Faithful. Jagger a exigé des excuses, Richards lui en a donné, et depuis les deux sont redevenus bons amis. De toute façon, à leur âge, c’est mauvais de se disputer.

7. Les Pixies

La raison des tensions qui n’existent pas dans le sein des Pixies est trois simple, qui fait trois : le leader du groupe, Black Francis, est jaloux de l’amour de fans pour la bassiste Kim Deal. Comme un enfant jaloux de devoir partager l’amour de maman avec sa sœur, le chanteur a préféré virer Kim du groupe plutôt que d’accepter qu’on puisse l’aimer. Le problème, c’est ce qui s’est passé, le parc des Pixies a été enrôlé et le groupe s’est séparé en 1993… avant de revenir en 2004 avec Kim Deal derrière la grosse guitare.

8. Les Beatles

Vers la fin des années 60, les relations au sein des Beatles ont commencé à devenir toutes pourries. Une des premières explications à ça, c’est le fait que John Lennon est tombé soit fou amoureux de Yoko Ono et l’ait ramenée aux sessions du groupe, a choisi qui ne se fait pas normalement (c’est comme ça, on ne ramène pas de gens étrangers au groupe aux répétés). En plus de cela, une rivalité a commencé à émerger entre Lennon et McCartney, les deux s’estimant être l’unique leader du groupe, et Lennon présentant que les compositions de McCartney étaient moins bonnes que les siennes. Bref, ce n’était vraiment pas la joie, et ce, jusqu’à la séparation du groupe en 1970.

9. Les citrouilles fracassantes

Les relations au sein des Smashing Pumpkins ont commencé à se dégrader au moment de l’enregistrement du deuxième album, rêve siamois. C’est là que Billy Corgan, leader du groupe, a décidé de révéler sa vraie nature de tyran en forçant les autres à répéter pendant des heures et en enregistrant toutes les parties de l’album lui-même, révélant les autres au second plan. À ce climat déjà pas joli joli sont venues s’ajouter des overdoses de plusieurs membres du groupe qui ont tranquillement mené les Citrouilles à leur fin en 2000.

10. Simon et Garfunkel

Allez, on finit avec une dernière bataille d’egos. Pour le coup, c’est simple de savoir qui, au sein du groupe, s’est embrouillé, vu qu’ils n’étaient que deux. Et la cause des embrouilles entre Simon et Garfunkel, c’était principalement l’individualisme de Garfunkel, très intéressé par l’idée de faire une carrière dans le ciné dans le dos de Simon, et coupable d’avoir retiré les voix de son poto d’un album pour enfin le trier en solo. Forcément, tout ça n’a pas plu à Simon qui a mis pas mal de temps à lui pardonner. On n’aurait pas dit, comme ça, avec leurs voix toutes douces…

Crédits photos (Domaine Public) : GAC-General Artists Corporation-management et Columbia Records, leur maison de disques

.

Leave a Comment