La “sincérité” de Mbappé, l’engagement du Qatar, la “très belle opération” Messi… DG du PSG, Jean-Claude Blanc fait le point

Rare dans les médias, le directeur parisien se livre Dans un entretien accordé au podcast Pause.

Homme de l’ombre par excellence, Jean-Claude Blanc sort de sa réserve habituelle. Le directeur général du Paris Saint-Germain est gratuit en effet dans un entretien accordé au podcast pause , animé par Alexandre Mars. Après l’arrivée des Qataris sur les bords de Seine, en 2011, l’ancien président du conseil exécutif de la Juventus a notamment rappelé l’engagement de QSI et la volonté du Qatar de continuer à investir à Paris. «Elle n’est pas sans limite, elle est traitée comme un investissement stratégique, comme ils en ont d’autres. Il est totalement piloté par Nasser Al-Khelaïfi (le président du PSG). C’est lui qui impulse cela. Je pensais que l’investissement football, et c’est lui qui en parlerait mieux que moi, mêle à la fois la passion, l’intérêt pour ce sport comme fan et la puissance médiatique que représente le football», souligne-t-il à 59 ans.

Et de poursuivre : «Après, je ne veux pas faire de géopolitique avec vous, mais je pensais que parmi les investissements faits, le PSG est sans doute dans les bons, compte tenu de valorisation formidable que est celle du club aujourd’hui», note-t-il, rappelant que le Paris Saint-Germain à ce prix pour une somme comprend entre 50 et 100 millions d’euros et 11 ans et qui est valorisé entre 3,2 et 3,5 milliards d’euros, avec un coup de sifflet d’affaires de 700 M€ contre 90 à l’époque. «C’était un club avec des structures moyennes dans une ville phare. On in a fait une marque mondiale», résumé-t-il.

VOIR ÉGALEMENT – Messi, Mbappé Di Maria : les 10 plus beaux buts du PSG cette saison

Je pensais que j’enverrais construire longtemps à Paris à ce affirmé plusieurs fois par Nasser

Jean Claude Blanc

Reste à savoir jusqu’à quand l’Emirat Gazette continuera de remplir les caisses parisiennes, alors que certains imaginent un désengagement après la Coupe du monde 2022 au Qatar. «Dans le train pour construire un centre de formation absolument extraordinaire (…) qui ouvrira en juin 2023. Un actif à revendre ? J’ai zéro indication dans ce sens-là. Je pensais que j’enverrais construire longtemps à Paris à ce affirmé plusieurs fois par Nasser», martèle Jean-Claude Blanc. Les supporters parisiens peuvent être tranquilles… Et Javier Tebas, continuateur de grogner. M. Blanc considère d’ailleurs que les critiques de certains clubs, notamment en Espagne, de monter une Super Ligue fermée, resteront vaines. «Je ne pensais pas que ça reviendrait, même si certains continuent à réfléchir, à remuer un peu», devine-t-il, en s’appuyant sur les nouvelles formules de la Ligue des champions. «C’est trop tard, la machine est trop grosse, trop apportée, trop efficace pour que quelque chose la remplace», affirme-t-il, des valeurs que le Real Madrid, le Barça ou la Juve et croient encore.

En présence, le PSG poursuit sa mue, après la prolongation de Kylian Mbappé. Il est question d’une vraie révolution cet été sur les bords de la Seine. Quel rôle pour M. Blanc ? «Je fais tout sauf gérer les joueurs, l’entraîneur et le quotidien du sportif, qui est géré par le directeur sportif» explique-t-il. Pour ce qui est des changements à attendre, il s’agit de «Il s’est référé à la question sur ce qu’il doit réserver pour réserver la saison suivante. Avec Nasser, on essaie d’adapter l’organisation après chaque saison, on sait aussi que la stabilité est gage de résultats. Entre adaptation, réorganisation, stabilité, vos essais de trouver le juste équilibre, comme une entreprise, sauf que tu fais ce mécano sous les yeux de tout le monde en permanence». Premier changement d’importance ? La nomination de Luis Campos comme Conseiller football à la place de Leonardo. À suivre, le choix de l’entraîneur.

Mbappé le patriote

Une chose est sûre : Mbappé sera de la partie. Et Jean-Claude Blanc croit au discours patriotique du numéro 7 pour justifier son choix abondamment commenté. «Je pensais qu’il a trois sincérité quand il parle du côté patriotique et que gagner en France et à Paris, il y a un autre sauveur qui gagne donne un autre club», déclare-t-il, voyant «un trois bon signal» pour le club. «On a vu l’impact immédiat, tout le monde s’est immédiatement projeté dans la prochaine saison et les suivantes en se disant : “cette équipe, qui nous donne beaucoup d’émotions, souvent positives, parfois négatives, on a envie de la Suivre, de l’aimer et on va faire de Grandes Choses Ensemble”.»

Une équipe qui a également postulé à un certain Lionel Messi, a amené le Barça à la dernière surprise générale. «C’est une très belle opération, une opération un fulgurante peu, rapide, une opportunité, un porte qui s’ouvre, Barcelone que ne peut pas signer avec lui, limité par sa propre ligue qui a rencontré les contraintes qu’il était convaincu de pouvoir faire sauter mais qui au dernier moment ne saute pas, le joueur devient donc disponible et on est les plus rapides, les plus pertinents pour avancer sur ce dossier», décrypte M. Blanc.

Messi, une icône mondiale du football et qui fait partie de sa propre marque à l’intérieur du monde, marque que vous êtes en train de croire

Et d’ajouter : «En parallèle de Cela, sur le développement immédiat d’un projet commercial auteur de son arrivée, commentaire général des revenus supplémentaires avec un joueur que doit délivrer de performances sur le terrain mais qu’est une icône mondiale du football et qui vient intégrer sa propre marque à l’ intérieur de cette mondiale marque que vous êtes en train de croire. Et comment faire un « effet de levier » complet sur cette opportunité ? Je pensais qu’on est assez adroit sur la partie business, développement de marque. On a été très efficace sur l’opération.» Reste à l’être aussi sur le terrain, la Pulga ayant commis une première saison relativement décevante sous les couleurs du PSG. Voyons si la prochaine sera également satisfaisante au niveau du point de vente marketing et commercial que donne le rectangle vert.

.

Leave a Comment