Enfin, l’usine de Stellantis de Douvrin produira par le moteur EB Gen 3

Lors de la réunion du comité social et économique (CSE) qui a participé à la réunion du matin, le plan d’activité de l’usine Douvrin Stellantis a été présenté pour les trois prochaines années. Surprise, le moteur EB Gen 3 a annoncé le dernier et sera finalement attribué à son site dovrinois. Seule la génération actuelle subsistera dans les ateliers à terme.

Horaires de lecture :
3 minutes

La vitesse à laquelle les mutations succèdent dans l’industrie automobile des réactions sur les sites industriels. L’usine de moteurs de Stellantis de Douvrin, fondée en 1970, est condamnée, en raison du choix des pouvoirs publics, à interdire à terme la vente de véhicules thermiques (à partir de 2035 en Europe) au profit des électriques.

Stellantis et Automotive Cells Company, qui ont construit une Gigafactory de batteries pour voix électriques juste à côté, ont cru aux passerelles d’une société à l’autre. Après quelques mois, la stratégie de Stellantis est d’ajuster la charge de travail de l’usine de Douvrin pour “synchroniser” la baisse des volumes de moteurs thermiques et la croissance de la future Gigafactory, à partir de 2023.

Le plan de Stellantis suit son cours… avec quelques soubresauts. Fin février 2021, le groupe confirme que le successeur du moteur EP, à l’époque uniquement produit à Douvrin, sera fabriqué à l’avenir en Hongrie. Un choc qui est arrivé à une importante mobilisation. Dans le même temps, Stellantis décidera si tout sera attribué ou non à Douvrin, en 2023, une partie de la fabrication du moteur EB Gen 3, successeur du petit trois-cylindres essence, laisse le produit en place. La bonne nouvelle tombait quelques jours plus tard, mi-avril. C’était oui. Un peu plus d’un an plus tard, c’est finalement non.

“Libérer des compétences”

Je suis revenu sur cette annonce du matin, lors de la réunion du comité social et économique (CSE), ou sur celle-ci j’ai présenté le plan d’activité pour les années 2023 à 2025. L’arrêt de production du moteur DV-R sera de retour en juillet 2023. « On a été plus précis sur la façon dont on voulait arrêter nos lignes d’usinage du DV-R, de manière à libérer des compétences pour ACC », souligne Olivier Roffidal, le directeur du site. C’était aussi prévu : la fin du moteur EP à Douvrin, c’est pour fin 2024. Là encore, des précisions ont été données sur les modalités d’arrêt des lignes. « L’objectif : trouver une solution pour chacun des salariés », selon Olivier Roffidal.

Reste le cas du moteur EB. Son évolution Gen 3, ne sera donc pas produit à Douvrin. « Stellantis a annoncé la vente plus de voitures particulières avec un moteur thermique en Europe en 2030, et la Commission européenne a annoncé l’interdiction de la vente de véhicules thermiques en 2035. Tout ça accélère le mouvement côté véhicule électrique et la décroissance du thermique », a justifié Olivier Roffidal. Conséquence : « Au nom de la production du moteur EB Gen 2 en plus d’une référence made in Pologne, permettant la régulation de notre volume pour satisfaire les bisous d’ACC. » Autrement dit, en 2025, seule la famille de moteurs EB Gen 2, vieillissante et sur le déclin, sera fabriquée à Douvrin, pour un volume estimé à 200 000 unités cette année-là, contre 575 000 moteurs produits, toutes familles confondues, en 2021.

Les réactions des organisations syndicales à suivre dans une prochaine édition.

Lire aussi

Automobile : 270 salariés créés à Ruitz

Bigot Matériaux à Étaples face à la flambée des prix

Bully-les-Mines : la compagnie d’assurance crée une agence dans les métavers

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

Economie et finances Industrie automobile Automobile Douvrin (62138, Pas-de-Calais) Commission européenne

Ouvrir La Voix ..
IL faut dans ce sens réfléchir à la TVA l’impôt le plus inégalitaire… En ce qui concerne les producteurs, il faut effectivement les payer au jus …Lire plus

Leave a Comment