Le Paris 16 et le Benoit, des bistrots qui font voyager dans le temps

Le Petit Pudlo des bistrots 2022 a sélectionné 70 tables pour les brasseries de la capitale. Alors qui le Paris 16 et reconnu le titre de « bistrot de l’année », Kelly Jolivet, aux fourneaux du Benoit, et est qualifié de « cheffe de l’année ».

Le Paris 16

Entrer dans ce bistrot parisien, c’est faire un saut dans le temps. Des nappes au motif vichy rouge et blanc au carrelage, des banquettes en skaï aux vieilles chaises en bois, en passant par les dessins Art déco d’inspiration sportive et les grands miroirs recouvrant les murs, illuminés par de vieilles appliques, tout à un air délicieusement suranné.

Il faut dire que l’adresse ne date pas d’hier. Ouvert dans les années 1950, le Paris 16 était, jusqu’à peu, une trattoria populaire du très chic arrondissement parisien. Désormais, après un changement initié par les frères Jérôme et Stéphane Dumant, on y vient non seulement pour profiter de l’ambiance chaleureuse du lieu, mais aussi pour déguster des plats traditionnels de la cuisine française. Frédéric Prud’homme, présent après un quart de siècle, veille, lui, toujours sur le service.

La salle du restaurant Le Paris 16. | les papilles du voyage

Côté prospèressances de bouche, la cuisine mi-parisienne mi-bourgeoise proposée met en œuvre des recettes qui plaisent à tous les mangeurs. La partition est mitonnée par le chef Kennie Bonaventure, passé par la prestigieuse École de Paris des métiers de la table avant de faire ses armes dans plusieurs gastronomiques, dont le restaurant Chez Georges, tenu par la famille Menut. Voilà comment il résume sa cuisine : «Un bon produit, une cuisson juste, un bon jus maison. Simplicité et efficacité !»

Ici on sat comme à la maison, mais on est au restaurant. Il s’agit d’une adresse comme on les aime, vivante et sans chichis, où l’on adore trinquer et se régaler. Gilles Pudlowski a vu et mangé juste.

Le chef Kenny Bonaventure prône une cuisine simple et efficace. | les papilles du voyage

Les hors-d’œuvre

  • Les pissenlits, lard paysan et œuf poché (10 euros)
  • Les asperges blanches mimosa ou sauce hollandaise (19 euros)
  • Les petits artichauts et jambon cru (12,50 euros)
  • Le croque-monsieur brioché à la truffe (15 euros)
  • L’os à moelle et pain grillé (10 euros)
  • Mayonnaise aux œufs (6 euros)
  • Les six escargots au beurre d’ail (12 euros)
  • Les haricots verts et champignons de Paris (8 euros)

Les plats

  • La tête de veau printanière saule gribiche (22 euros)

La tête de veau printanière saule gribiche du Paris 16. | les papilles du voyage

  • Le steak au poivre (29 euros)
  • Le tournedos (filet), sauce béarnaise (29 euros)
  • Le filet, morilles de saule (35 euros)
  • Le steak tartare (18 euros)
  • L’onglet vert-pré (20 euros)
  • L’onglet aux échalotes (22 euros)
  • La côte de veau aux morilles (30 euros)
  • Pomme de ris de veau aux morilles (30 euros)

La pomme de ris de vezau aux morilles. | les papilles du voyage

  • Les rognons de veau à la moutarde (22 euros)
  • Le poisson du jour, selon arrivage

Garnitures : purée, frites, épinards, haricots verts

Au restaurant Le Paris 16, on peut également déguster des noix de Saint-Jacques. | les papilles du voyage

les desserts

  • Je lui ai dit 24 mois (8 euros)
  • Le gâteau et le dessert du jour (8,50 euros)

Au restaurant Le Paris 16, les profiteroles. | les papilles du voyage

  • La grosse crème caramel (8 euros)
  • Le fondant au chocolat (9 euros)
  • Le baba au rhum (9 euros)
  • L’île flottante aux pralines roses (10 euros)
  • Le granite vodka citron (14 euros)
  • Les glaces à la vanille ou au chocolat, les sorbets fraise ou citron (3 euros la boule)

La terrasse du restaurant Le Paris 16, pour profiter des beaux jours. | les papilles du voyage

18, rue des Belles Feuilles, 75116, Paris. Tél. : 01 47 04 56 33. Carte de 35 à 50 euros. Belle sélection de vignes. Terrasse ouverte aux beaux jours. Réservation conseillée. Fermé le samedi et le dimanche.

Kelly Jolivet, la chef du
restaurant benoit

Le restaurant Benoit, adresse familiale et chaleureuse reconnue, est l’un des derniers bistrots parisiens. Et cela siège jusque dans le décor : carrelage, boiseries, banquettes de velours rouge, cuivres, vitres de verre gravé, colonnes en faux marbre, lampadaires au bar, grands miroirs aux reproductions d’ambiance beaujolaise.

Après 1912, il a été donné à Alain Ducasse en avril 2005 par la famille Petit, qui en est maintenant propriétaire depuis trois générations. Aujourd’hui, le lieu est le seul bistrot de la capitale à tenir une étoile au guide Michelin.

La salle du restaurant Benoit nous transporte dans l’univers des bistrotiers parisiens. | Pierre Monette

Situé à deux pas de l’Hôtel de ville, du Centre Pompidou et de la fameuse tour Saint-Jacques, Benoit invite après les débuts du XXet siècle les amateurs de cuisine traditionnelle française : «Chez toi Benoît, on boit, on festoie en rois»indique d’ailleurs le slogan du lieu.

“Pour une fois je ne vous parlerai pas de cuisine, mais de lieux où l’on mange!”écrit Alain Ducasse dans son Dictionnaire amoureux de la cuisineparu en 2003, au chapitre « Bistrots et brasseries ». «Il n’y a pas plus bistrot et pas plus parisien que Benoit. J’ai une affection toute particulière pour cette belle maison remplie d’histoires savoureuses et de généreusement gourmande. Benoit est un lieu de convivialité, de souvenirs et de plaisir partagé. Il témoigne d’un certain art de vivre et d’une tradition tous deux pleins d’avenir !»et note-t-il.

Les plats historiques

  • Le soufflé aux écrevisses Léopold de Rothschild garni aux asperges et écrevisses
  • La poule au pot Henri IV servie entière puis découpée en salle, pour deux personnes
  • Les huîtres Rockefeller (enrobées d’un beurre d’herbes et gratinées au four)
  • Le bœuf Wellington, asperges vertes et jus truffé
  • La charlotte aux poires, sauce au chocolat, vanille et fraise

Les plats de tradition

  • Le vol-au-vent de sole à la marinière d’Auguste Escoffier
  • La volaille en vessie de Fernand Point
  • Les Fraises Sarah Bernhardt d’Auguste Escoffier

Venir: la pêche melba et, à l’automne, le lièvre à la royale par Antonin Carême et le pot de crème au jasmin d’Alain Chapel.

lettre actuelle

  • Le pâté en croûte, pickles de légumes (28 euros)

Le pâté en croûte, pickles de légumes, du restaurant Benoit. | Pierre Monette

  • Le foie gras de canard confit, brioche parisienne toastée (32 euros)
  • Le saumon fumé mariné, pommes de terre tièdes, crème crue citronnée (24 euros)
  • Les six ou douze escargots en coquille, beurre d’ail, fines herbes (18 ou 30 euros)
  • Le dos de cabillaud confit, petits pois, sucs citronnés (30 euros)

Le dos de cabillaud confit, petits pois, sucs citronnés. | Pierre Monette

  • Le koulibiac de saumon, beurre blanc (41 euros)
  • Le boudin aux deux pommes (24 euros)

Le boudin aux deux pommes. | Pierre Monette

  • La tête de veau tigre bio en ravigote (34 euros)
  • Le cassoulet maison, haricots blancs (38 euros)
  • Le filet de boeuf au sautoir, sauce bordelaise à la moelle, gratin de macaronis (54 euros)

Au restaurant Benoit, le filet de boeuf au sautoir, sauce bordelaise à la moelle, gratin de macaronis. | Pierre Monette

  • Le sauté gourmand de ris de veau, crêtes et rognons de coq, foie gras, jus truffé (48 euros)

Au restaurant Benoit, le sauté gourmand de ris de veau, crêtes et rognons de coq, foie gras, jus truffé. | Avec l’autorisation de Patrick Faus pour Gourmets&Co

Les desserts (14 euros) :

  • Le millefeuille classique à la vanille
  • Le savarin à l’Armagnac, crème fouettée
  • Le nougat glacé pistache-passion
  • Les profiteroles Benoit, sauce au chocolat chaud
  • Le soufflé glacé aux agrumes
  • flan parisien

Kelly Jolivet

Au bistrot Benoit officie en cuisine Kelly Jolivet, Savoyarde de 29 ans qui a fait toute sa carrière au sein du groupe Ducasse. La succession de Fabienne Eymard est prévue en 2022. Ils sont inscrits : celui de la généreuse à l’ancienne dans les assiettes et des mets revisités avec doigté.

Kelly Jolivet, chef du restaurant Benoit, revisite les plats traditionnels avec le doigté. | Trente doigts sales

20, rue Saint-Martin, 75004, Paris. Tél. : 01 42 72 25 76. Carte de 45 à 110 euros. Menus au déjeuner à 32 ou 42 euros. J’ai formé 76 couverts et salon particulier de 20 places. Réservation indispensable. Passe de fermentation.

Le Petit Pudlo des Bistrots 2022

Editions Les Pieds dans Le Plat

95pages

Libre

Sortie : Mai 2022

Etant donné la limite des stocks disponibles, vous pouvez récupérer un exemplaire papier du numéro d’une revue des 70 adresses du guide. Il est également disponible en ligne sur gillespudlowski.com.

Leave a Comment